Votez pour ce site au Weborama

jeudi 29 janvier 2009

BURIED ALIVE

Sous-titre : L’insoutenable connerie de l’être
Genre : quand le sage montre la lune, le crétin regarde ce film


Il existe de par le vaste monde de mauvais films, de mauvais mauvais films, de très mauvais films aussi, et puis il existe des films tellement mauvais qu’ils en deviennent hypnotiques.
Buried Alive en fait parti. Quand on parvient à un tel néant cinématographique, on ne peut que prendre conscience de sa petitesse vis à vis du vaste univers. On est scotché devant son téléviseur, un peu de bave s’écoulant lentement à la commissure des lèvres, en état de légumes, le cerveau vide, le corps en apesanteur, voguant loin dans l’espace intergalactique de la débilité.
Il faut aller jusqu’au bout, impossible d’y échapper. Il faut savoir la fin tellement c’est con.

Sur la jaquette, on trouve la tronche de Tobin Bell qui se vend donc vite et bien afin de » profiter de sa nouvelle aura de Jigsaw. Comment lui en vouloir ? lui qui a du ramer sa mère pendant des années, maintenant il engrange la monnaie. C’est triste, mais c’est comme ça. On risque de le voir dans moults navets un peu à la manière d’un Robert Freddy Englund.

Alors oui le film est réalisé par un dénommé Robert Kurtzman, un grand maquilleur et responsables d’effets spéciaux de films tels que Evil Dead 3, Bubba Ho-tep ou Predator.
En tant que réal il a aussi fait le premier Wishmaster.

Et le film ? Six étudiants qui avaient décidé de s'offrir un week end à la campagne se retrouvent dans une vieille maison isolée. Mais la petite virée entre amis devient un véritable voyage en enfer lorsqu'ils s'aperçoivent que l'endroit est hanté par le fantôme d'une femme assassinée et enterrée sur place des années plus tôt. Victimes d'une terrifiante vengeance d'outre-tombe, parviendront-ils à survivre jusqu'à l'aube.

Oui voilà, voilà.

Donc dialogues débiles ( mais alors à un point ! ), des nichons ( de jolies nichons d’ailleurs ), de la bière, des meurtres ( enfin pas beaucoup ), et une fin qui fait super peur ! .
Et une scène culte : Une fille court à poil dans la forêt pour ramener un lapin empaillé.

La construction est naze, il ne se passe rien pendant tout le film, les acteurs sont là uniquement pour leurs jolis minois. La blonde par contre est super bonne !

Bien, voilà, pas envie d’en dire plus.

VARIUM ET MUTABILE SEMPER (Chose variable et toujours changeante - que la femme )


Ecrire contre l'oubli...

Voilà qui rappelle à la dame, comment elle a eu le rôle.

Après 4 jours passés la tête en bas, le sang n'a toujours pas trouvé le cerveau.

Non mais tu sais qui je suis ? Tu veux tater de mon puzzle ?








3 commentaires:

Celticxoan a dit…

Bon si j'ai bien tout compris à moins de vouloir vivre une expérience hypnotique, vaut mieux passer son chemin...
Par-contre la première partie de ta critique est superbe, magnifiquement bien écrite et qui dépasse la simple critique justement.
Bravo cher Monsieur Camif !!!

locutus57 a dit…

J'avais déjà envie de le voir mais si en plus, tu me dis que c'est débile et qu'il y a du nichons, là je suis convaincu, je le veux ;-)

Gérald a dit…

Et ben moi je ne l'ai pas trouvé désagréable ce petit film. On trouve n'importe quoi dans cette boutique -:))